1/1

STOP pesticides : "Pour faire bouger les lignes... il faut peut-être désobéir un peu"

27/08/2019

 

En prenant la sage décision de protéger la vie et la santé de ses administrés, le Maire de Langouët (Bretagne) a agi en élu responsable face aux atermoiements de l’État qui, lui, a cédé à la pression des lobbies de l’industrie chimique.

 

Daniel Cueff est un exemple pour tous les maires de France.

 

Le 18 mai dernier, ce maire avait pris un arrêté interdisant l’utilisation de produits phytopharmaceutiques "à une distance inférieure à 150 mètres de toute parcelle cadastrale comprenant un bâtiment à usage d’habitation ou professionnel".

 

Mais la préfecture vient d'obtenir la suspension de cet arrêté en référé au motif qu’un maire n’est pas compétent pour prendre des décisions sur l’utilisation de produits phytosanitaires, y compris au nom du principe de précaution, un pouvoir réservé à l’État !

 

Fort de "milliers de messages de soutien", le maire de Langouët vient d'annoncer son intention de faire appel de cette décision du juge des référés et a appelé les autres maires ruraux à prendre un arrêté similaire au sien. "Pour faire bouger les lignes, […] il faut peut-être désobéir un peu", a-t-il estimé. "Beaucoup de maires sont interpellés par leurs habitants. Il va falloir trouver une solution", a-t-il ajouté.

 

Sources : Sud-Ouest/NVDC

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags