1/1

Le fléau des granulés de plastiques industriels dans la nature

PRA' s'était émue, en août 2018, du fléau que représentait les "Larmes de sirène", ces granulés de plastiques retrouvés sur les plages de notre littoral et qui tuent, chaque année, plus de 100 000 mammifères marins.



Chaque année en Europe, ce sont 41 000 tonnes de granulés de plastiques industriels, soit l’équivalent de 11,5 milliards de bouteilles en plastique, qui se retrouvent dans l’environnement et notamment sur nos plages, puis en mer. Ces granulés, souvent sous forme de petites billes ou de paillettes en plastique, sont la matière première utilisée dans l’industrie plastique pour fabriquer des produits (par exemple des jouets, des bouteilles, ou encore des ustensiles de cuisine). De leur fabrication à leur acheminement vers les usines où ils seront fondus et assemblés, ces granulés, très légers, peuvent s’échapper, tomber, et ainsi se retrouver dans la nature lorsque les sites ne sont pas équipés pour empêcher cela. Une fois dans l’environnement, il n’est plus possible d’agir et ces microplastiques, extrêmement persistants, peuvent être facilement ingérés par un grand nombre d’organismes vivants, directement ou par le biais de la chaîne alimentaire.

Pour faire face à cette pollution, la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, votée en février 2020, prévoit que dès le 1er janvier 2022, tous les sites de production, de manipulation et de transport de ces granulés se dotent d’équipements et de procédures pour éviter leur fuite dans la nature. Cela peut se traduire, par exemple, par l’installation de filtres ou de systèmes permettant de confiner et de ramasser les granulés au sol.


Quid des médias filtrants (petites roues de plastique issues des stations d'épuration) et autres boules de polystyrène également trouvés sur les plages de notre littoral ?

Voyez plus grand Madame la Ministre !


Source ministérielle :

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043388114

10 vues
Posts Récents